La Bienheureuse ALPHONSINE DE L’IMMACULÉE CONCEPTION est née à Kudamalur, région d’Arpookara, dans le diocèse de Changanacherry, en Inde, le 19 août 1910, de l’ancienne et noble famille de Muttathupadathu.

Dès sa naissance, la vie de la bienheureuse a été marquée par la croix, qui lui sera progressivement révélée comme la voie royale pour se conformer au Christ. Sa mère, Maria Puthukari, lui a donné naissance prématurément, après huit mois de grossesse, à la suite d’une peur qu’elle a reçue quand, pendant le sommeil, un serpent s’est enroulé autour de sa taille. Huit jours plus tard, le 28 août, l’enfant a été baptisé selon le rite syro-malabar par le Père Joseph Chackalayil, et elle a reçu le nom d’Annakutty, un diminutif d’Anne. Elle était la dernière de cinq enfants.

Sa mère est décédée trois mois plus tard. Annakutty a passé sa petite enfance dans la maison de ses grands-parents à Elumparambil. Elle y a vécu un temps particulièrement heureux en raison de sa formation humaine et chrétienne, au cours de laquelle les premières graines d’une vocation ont fleuri. Sa grand-mère, une femme pieuse et charitable, lui a communiqué la joie de la foi, l’amour de la prière et une vague de charité envers les pauvres. À cinq ans, l’enfant savait déjà conduire, avec un enthousiasme totalement enfantin, la prière du soir de la famille réunie, selon la coutume syro-malabare, dans la «salle de prière».

Annakutty a reçu le pain eucharistique pour la première fois le 11 novembre 1917. Elle disait à ses amis: « Savez-vous pourquoi je suis si particulièrement heureuse aujourd’hui? C’est parce que j’ai Jésus dans mon cœur!« . Dans une lettre à son père spirituel, le 30 novembre 1943, elle confia ce qui suit: « Dès l’âge de sept ans, je n’étais plus à moi. J’étais totalement dévoué à mon divin Époux. Votre révérence le sait bien« .

La même année 1917, elle a commencé à fréquenter l’école primaire de Thonnankuzhy, où elle a également établi une amitié sincère avec les enfants hindous. Lorsque le premier cycle scolaire prit fin en 1920, le moment était venu de passer à Muttuchira, dans la maison de sa tante Anna Murickal, à qui sa mère, avant sa mort, lui avait confié le rôle de mère adoptive.

Sa tante était une femme sévère et exigeante, parfois despotique et violente en exigeant l’obéissance d’Annakutty dans ses moindres dispositions ou désirs. Assidue dans sa pratique religieuse, elle accompagne sa nièce, mais ne partage pas l’amitié de la jeune fille avec les carmélites du monastère voisin ni ses longues prières au pied de l’autel. Elle était, en effet, déterminée à procurer un mariage avantageux à Annakutty, obstruant les signes clairs de sa vocation religieuse.

La vertu de la Bienheureuse s’est manifestée en acceptant cette éducation sévère et rigide comme un chemin d’humilité et de patience pour l’amour du Christ, et a résisté avec ténacité aux tentatives répétées d’engagement auxquelles la tante a essayé de l’obliger. Annakutty, afin de sortir de son engagement envers le mariage, a atteint le point de se faire volontairement une grave brûlure en mettant son pied dans un tas de braises brûlantes. « Mon mariage a été arrangé quand j’avais treize ans. Que dois-je faire pour l’éviter? J’ai prié toute cette nuit. Puis une idée m’est venue : si mon corps était un peu défiguré, personne ne voudrait de moi! O, comme j’ai souffert! J’ai tout offert pour ma grande intention« .

La proposition de souiller sa beauté singulière n’a pas pleinement réussi à la libérer des attentions des prétendants. Au cours des années suivantes, la Bienheureuse a dû défendre sa vocation, même pendant l’année de probation lorsqu’une tentative de la donner en mariage, avec la complicité de la Maîtresse de la Formation elle-même, a été faite. « O, la vocation que j’ai reçue! Un don de mon bon Dieu! Dieu a vu la douleur de mon âme à cette époque. Dieu a éloigné les difficultés et m’a établi dans cet état religieux« .

C’était le père James Muricken, son confesseur, qui l’a orientée vers la spiritualité franciscaine et l’a mise en contact avec la Congrégation des Franciscaines Clarisses. Annakutty est entrée dans son collège à Bharananganam dans le diocèse de Palai, pour assister à la septième classe, en tant qu’étudiante, le 24 mai 1927. L’année suivante, le 2 août 1928, Annakutty a commencé son postulat, prenant le nom d’Alphonsine de l’Immaculée Conception en l’honneur de saint Alphonse de Liguori, dont c’était la fête ce jour-là. Elle était vêtue de l’habit religieux le 19 mai 1930, lors de la première visite pastorale faite à Bharananganam par l’évêque, Mgr. James Kalacherry.

La période 1930-1935 a été caractérisée par de graves maladies et souffrances morales. Elle ne pouvait enseigner aux enfants de l’école de Vakakkad que pendant l’année scolaire 1932. Puis, en raison de sa faiblesse, elle exerçait les fonctions d’assistante et de catéchiste dans la paroisse. Elle a également été engagée comme secrétaire, notamment pour écrire des lettres officielles en raison de sa magnifique écriture.

Le noviciat canonique a été introduit dans la Congrégation des Franciscaines Clarisses en 1934. Bien que souhaitant entrer immédiatement, la Bienheureuse n’a été admise que le 12 août 1935 en raison de sa mauvaise santé. Environ une semaine après le début de son noviciat, elle a eu une hémorragie du nez et des yeux et une profonde perte organique et des plaies purulentes sur ses jambes. La maladie s’est détériorée au point que le pire a été redouté.

Le ciel est venu à la rescousse de la sainte novice. Au cours d’une neuvaine au Serviteur de Dieu, le père Kuriakose Elia Chavara – un carme qui est aujourd’hui un saint – elle a été guérie miraculeusement et instantanément.

Ayant relancé son noviciat, elle a écrit les propositions suivantes dans son journal spirituel: « Je ne souhaite pas agir ou parler selon mes penchants. Chaque fois que j’échoue, je vais faire pénitence. Je veux faire attention à ne jamais rejeter personne. Je ne dirai que des mots doux aux autres. Je veux contrôler mes yeux avec rigueur. Je demanderai pardon au Seigneur pour chaque petit échec et je le compenserai par la pénitence. Quelles que soient mes souffrances, je ne me plaindrai pas et si je dois subir une quelconque humiliation je chercherai refuge dans le Sacré-Cœur de Jésus« .

Le 12 août 1936, la fête de sainte Claire, jour de sa profession perpétuelle, fut un jour de joie spirituelle inexprimable. Elle avait réalisé son désir, gardée longtemps dans son cœur et confié à sa sœur Elizabeth alors qu’elle n’avait que 12 ans : « Jésus est mon seul époux, et aucun autre« .

Jésus, cependant, voulait conduire son épouse à la perfection à travers une vie de souffrance. « J’ai fait ma profession perpétuelle le 12 août 1936 et je suis venu ici à Bharanganam le 14 suivant. A partir de ce moment, il me semble qu’on m’a confié une partie de la croix du Christ. Il y a de nombreuses occasions de souffrance. J’ai un grand désir de souffrir de joie. Il semble que mon conjoint souhaite réaliser ce désir« .

De douloureuses maladies se succédèrent : fièvre typhoïde, double pneumonie et, le plus grave de tous, un choc nerveux dramatique, résultat d’une frayeur en voyant un voleur dans la nuit du 18 octobre 1940. Son état d’incapacité psychique a duré pendant environ un an, au cours de laquelle elle n’a pas pu lire ni écrire.

Dans chaque situation, sœur Alphonsine a toujours maintenu une grande réserve et une attitude charitable envers les sœurs, subissant silencieusement ses souffrances. En 1945, elle a eu une violente poussée de maladie. Une tumeur, qui s’était propagée dans ses organes, a transformé sa dernière année de vie en une agonie continue. La gastro-entérite et les problèmes de foie ont provoqué de violentes convulsions et des vomissements jusqu’à quarante fois par jour: « Je sens que le Seigneur m’a destiné à être une oblation, un sacrifice de souffrance. Je considère un jour où je n’ai pas souffert comme un jour perdu pour moi« .

Avec cette attitude de victime pour l’amour du Seigneur, heureuse jusqu’au dernier moment et avec un sourire d’innocence toujours sur ses lèvres, sœur Alphonsine a tranquillement et joyeusement terminé son voyage terrestre dans le couvent des Franciscaines Clarisses de Bharananganam à 12h30 le 28 juillet 1946, laissant le souvenir d’une sœur pleine d’amour et d’une sainte.

Alphonsa de l’Immaculée Conception Muttathupadathu a été proclamée Bienheureuse par le Pape Jean-Paul II à Kottayam, en Inde, le 8 février 1986.

Avec sa canonisation, l’Église en Inde présente son premier saint à la vénération des fidèles du monde entier. Des fidèles de toutes les parties du monde se sont réunis en un seul acte d’action de grâce à Dieu en son nom et en signe des grandes traditions orientales et occidentales, romaine et malabare, que sœur Alphonsine a vécues et harmonisées dans sa sainte vie.

Traduction de : vatican.va/news_services/liturgy/saints/2008/ns_lit_doc_20081012_alfonsa_en.html

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑