Salutation des vertus

Salut, reine Sagesse,
que le Seigneur te sauve,
avec ta sœur, sainte et pure Simplicité.

Dame sainte Pauvreté,
que le Seigneur te sauve,
avec ta sœur, sainte Humilité.

Dame sainte Charité,
que le Seigneur te sauve,
avec ta sœur, sainte Obéissance.

Vous toutes, saintes Vertus,
que le Seigneur vous sauve toutes,
lui de qui vous venez et procédez.

Nul homme en ce monde,
si d’abord il ne meurt,
ne peut posséder une seule d’entre vous.

Qui en a une et n’offense pas les autres les a toutes.
Et qui en offense une, les offense toutes et n’en a aucune.

Chacune d’elles met en déroute les vices et péchés.

Sainte Sagesse confond Satan et toutes ses malices.

Pure et sainte Simplicité confond toute sagesse de ce monde
et toute sagesse de la chair.

Sainte Pauvreté confond cupidité, avarice,
et les soucis matériels de ce monde.

Sainte Humilité confond l’orgueil
et tous les vaniteux de ce monde
et toutes les prétentions de ce monde.

Sainte Charité confond toutes les tentations
qu’elles viennent du diable ou de la chair
et toutes les craintes égoïstes.

Sainte Obéissance confond toute volonté propre
et tout charnel attachement
et toute charnelle obstination.

C’est elle qui tient le corps mortifié
pour qu’il obéisse à l’esprit,
pour qu’il obéisse à son frère.

C’est elle qui rend l’homme docile
et soumis à n’importe quel homme de ce monde,
et non seulement aux hommes,
mais aux bêtes et aux fauves eux mêmes,
les laissant disposer de lui comme ils veulent,
autant que d’en haut leur permet le Seigneur.